Deux journée entières de lecture et quatre litres de thé pour un constat : Elizabeth George est vraiment au sommet de son art. Mais comment une Américaine peut-elle ainsi écrire avec autant de talent un pur roman policier anglais ? Voilà une énigme qui m'émerveille.

D'abord, ce sont les agréables retrouvailles avec ce quatuor d'enquêteurs bien connus se dépatouillant de leur vie privée pas toujours simple : l'aristocrate commissaire Lynley, pauvre veuf, son couple d'amis fidèles et l'inénarrable sergent Barbara Havers. Et puis, le plaisir de découvrir les magnifiques paysages du comté de Cumbrie que je ne connaissais pas, littérairement parlant. Ensuite, cet industriel nouveau riche, nouvel anobli, qui a fait fortune dans le trône (et il ne s'agit pas de celui de la Couronne d'Angleterre...) affublé d'une famille haute en couleur.

Une fois le décor planté et les personnages présentés, l'auteur nous raconte la mort de l'un d'eux et, tout au long du roman, le lecteur se demandera s'il s'agit d'un simple accident ou d'un crime. Eh oui, au delà de l'enquête policière, Elizabeth George sait construire un suspense implacable qui nous laisse continuellement sous tension. En y ajoutant un humour rafraîchissant, un style alerte et vivant, une galerie de portraits incisifs, tous les ingrédients sont réunis pour une lecture particulièrement plaisante.

ronde-mensonges

La ronde des mensonges - Elizabeth George
(2012 - Presses de la Cité - 656p)